Participation des étrangers aux affaires locales – A Drancy comme ailleurs, la nationalité fançaise n’est pas une obligation !


Certains étrangers – pour des raisons parfaitement légitimes – ne souhaitent pas devenir Français. Leur bonne insertion dans le pays suppose le respect de leur droit à être traité dignement et équitablement.

Reste qu’il n’est pas acceptable que dans beaucoup de villes, se creuse une sorte de fossé entre les citoyens et des étrangers, « campant aux portes de la cité » sans jamais pouvoir participer à la vie de leur ville ni être consulté à son sujet.

Déjà en 1992, le Parti Socialiste s’est fixé pour objectif d’accorder aux étrangers en situation régulière et résidant depuis depuis plus de cinq ans en France le droit de vote aux élections municipales. Mais il est clair que cette réforme se heurte aujourd’hui à des obstacles d’ordre constitutionnel, culturel et psychologique. Or, après plus de deux décennies, nous pensons que les efforts pédagogiques continus, peuvent permettre à notre gouvernement d’instaurer le droit de vote des étrangers aux élections municipales.

La citoyenneté doit être vécue d’en bas, mais elle doit être également conçue d’en haut. Comme elle doit s’étendre progressivement à toutes les sphères de la société, droits de l’homme dans la vie privée, dans le travail, dans la cité. Elle nous ouvre à tous les espaces qui nous déterminent: aujourd’hui nos lieux de vie et notre pays, demain l’Europe et, au-delà, le vaste monde.

Ensemble faisons entendre nos voix, ne laissons pas une nouvelle fois nous échapper cette OPPORTUNITÉ d’offrir à toutes et à tous, quelque soit leur nationalité, la possibilité de participer à la vie de la ville.

S.A.


Voir également sur le même sujet :

  • Reportage de Public Sénat avec Jean-Christophe Lagarde, Député Maire de Drancy contre les droit des vote des étrangers et Gilles Saulière, en faveur du vote des étrangers aux élections localesPrésident du groupe socialiste de Drancy.
Publicités